STAY sur PS Vita, le jeu qui nous scotche à la console.

Il y a quelques jours, j’ai reçu l’édition limitée de STAY, un jeu créé et développé par Appnormals, que j’avais particulièrement apprécié. Cette réception m’a donné envie d’écrire le test de cette aventure pas comme les autres.

DssUvQGW0AMJ3bm

 

Comment me suis-je retrouvé ici ?

 

Ce jeu commence par une rapide entrée en matières. On y fait la connaissance d’un jeune homme, Quinn, qui se réveille dans une pièce complètement sombre et hostile. Où est-il ? Qui l’a enlevé et enfermé ici ? Voici des questions qui ne cessent de la tarauder. Dans son malheur, le jeune homme dispose tout de même d’un ordinateur, seule ouverture sur le monde… et c’est là que nous intervenons.

Car, l’interlocuteur à l’autre bout de l’écran, c’est nous.

Son seul espoir pour sortir de ce cauchemar.

20180516154954_1

Ne me laisse pas seul… S’il te plaît, reste avec moi.

 

La plupart du temps, on sera amené à parler à Quinn via des réponses déjà prédéfinies. C’est assez réducteur d’autant plus que chacune de nos répliques peut potentiellement influer sur l’humeur du jeune captif. Et c’est là que j’ai trouvé le concept particulièrement bien réussi car les réactions de Quinn sont tout à fait crédibles. Compte tenu de la situation dans laquelle il se trouve, il perd rapidement ses moyens et si on ne fait pas assez attention, il peut se refermer comme une huître et nous prendre en grippe.

Afin de l’aider à sortir de ce cauchemar, on doit le connaître.

Heureusement, si la confiance est installée, Quinn se montrera particulièrement bavard et petit à petit des pans de son passé nous seront dévoilés. Mais chut ! Je ne vous en dis pas plus.

Attention toutefois aux conseils qu’on lui promulguera car ces derniers pourraient l’amener de vie à trépas… et ceci très rapidement.

Outre le fait qu’on passera de longues heures à papoter et rassurer notre jeune captif, on devra également l’aider à résoudre quelques puzzles et énigmes parfois bien corsés… Je pense notamment au passage du miroir qui m’avait donné bien du fil à retordre.

Mais, dans l’ensemble, cela ne sera pas bien compliqué. Quelques puzzles à remettre dans l’ordre pour certains et une bonne dose de logique pour d’autres.

Autre petite subtilité du jeu, sachez que Quinn continuera à « vivre » dans la console et ceci même si vous arrêtez de jouer.

Le titre du jeu prend là tout son sens.

En effet, si on a le malheur de rester un peu trop éloigné de la console durant un certain laps de temps, on pourrait retrouver Quinn dans un sale état physique… ou mental d’ailleurs. De toute façon, ce petit personnage virtuel est tellement attachant qu’on se sent comme lié à lui. De mon côté, j’ai fait mon aventure d’une traite. Il m’était  tout simplement impossible de le laisser seul trop longtemps.

 

Court mais intense

 

J’ai parcouru les 24 chapitres de STAY en une après-midi. Oui, bon, j’ai débordé un peu dans la soirée mais j’ai débloqué ma première fin après 7 heures de jeu. Car, si on est persévérant et complètement accro à Quinn on peut y retourner et tenter de voir les autres fins disponibles.

Pour ce qui est des graphismes, on a droit à des graphismes en pixel art bien sympathiques et pas vilains du tout.

Les expressions faciales de Quinn sont certes limitées mais j’ai adoré sa façon de taper au clavier avec ses balbutiements, ses fautes d’orthographes, ses gaffes… Un peu comme s’il était réellement vivant. J’avoue que ces petits détails ont contribué à le rendre encore plus attachant.

Du côté de la bande sonore, on ne sera pas en reste non plus.

Les musiques collent parfaitement à l’ambiance du jeu. Elles sont parfois encore plus angoissantes que les passages en question.

20180510191134_1-1024x576

 

Conclusion

 

Franchement, je me suis régalée de bout en bout durant cette aventure que je vous recommande chaudement.

Une fois que vous aurez fait la connaissance de Quinn, il est fort à parier que vous ne serez pas prêts de l’oublier…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s