Test de 13 sentinels Aegis Rim (PS4) : Un chef d’œuvre complexe et terriblement addictif

Depuis que j’ai croisé le chemin d’un certain Muramasa, je suis littéralement devenue accro du studio Vanillaware. Il faut dire que leurs œuvres sont tellement beaux graphiquement que je ne pouvais qu’y adhérer.

Imaginez donc ma joie lorsque j’ai eu vent de l’arrivée prochaine d’une nouvelle pépite de leur part ! Disponible depuis le 22 septembre, cette merveille se nomme 13 sentinels Aegis Rim et j’avais vraiment hâte de m’y plonger totalement.

Un scénario gigantesque qui s’étale sur plusieurs époques

Ils sont treize. Treize personnes aux tempéraments diamétralement opposés. Reliés entre eux par d’étranges rêves et des impressions de déjà-vu. Pourquoi ont-ils cette sensation de ne pas être à la bonne époque ? Pourquoi certains d’entre eux ne se rappellent-ils pas de leur passé ?

Certaines questions vont trouver leur réponse dans le futur. Un futur apocalyptique où seules ces treize personnes pourront se dresser contre une menace extrêmement dangereuse.

Je suis restée délibérément vague pour ne pas vous gâcher le plaisir de découvrir le scénario par vous-mêmes.

Un scénario aussi riche que complexe.

Un jeu fractionné en deux

Le plus gros intérêt de 13 sentinels se situe au niveau du mode histoire. Comme je le disais un peu plus haut, nous allons suivre la destinée de ces 13 héros des temps futurs. On fera d’incessants va et vient entre le passé, le présent et le futur pour comprendre petit à petit tous les enjeux scénaristiques. Plus on avancera dans l’histoire et plus on sera captivé par ce qui se passe à l’écran.

Autant vous le dire tout de suite, il y aura pas mal de dialogues à lire. Mais, sachez également que le jeu bénéficie de sous-titres français, ce qui est vraiment appréciable pour comprendre pleinement tous les enjeux et embranchements scénaristiques.

La majorité du temps, on sera donc amené à parler avec les différents protagonistes qui nous entourent, souvent à plusieurs reprises afin de déclencher des mots clés susceptibles de nous rappeler des évènements du passé… ou simplement pour nous permettre d’interroger des personnes sur tel ou tel sujet afin d’avancer dans l’histoire.

J’avoue qu’au début, je me suis retrouvée bloqué à un endroit, ne sachant quoi faire alors qu’il suffisait juste d’adresser la parole à une personne en particulier.

Chacun des treize personnages possède donc une intrigue riche en découvertes et rebondissements, d’autant plus qu’il nous est possible de voir plusieurs versions de tel ou tel évènement. Comme par exemple, s’il n’était pas allé à cet endroit, que se passerait-il ? Etc… Nous explorons donc des sortes de mondes parallèles.

Parfois, il nous sera demandé d’atteindre un certain moment dans l’histoire d’un personnage ou compléter un niveau dans le mode bataille afin de débloquer la suite de l’histoire d’un autre personnage.

Il est donc temps d’aborder la seconde phase du jeu : celle des combats futuristes à bord des sentinelles (sortes de robots gigantesques).

Les affrontements contre les créatures du futur se feront au tour par tour, de façon stratégique. Après avoir choisi nos six combattants sur les treize, nous voici propulsés sur une carte assez moche je dois bien le reconnaître. Notre but est de défendre le terminal de la base dans un laps de temps prédéfini avant que cette dernière puisse déclencher un processus pouvant annihiler toute menace dans un sillon de deux kilomètres à la ronde.

On prend donc le contrôle de six personnages sur treize à bord de leurs robots géants (représentés par de petits triangles sur la carte) et on doit donc détruire toutes les créatures ennemies avant que celles-ci ne puissent détruire le terminal ou tuer un de nos amis. Autant vous le dire tout de suite, les combats ne seront pas forcément lisibles. Surtout quand on balancera des missiles longue distance à tout va. On aura beaucoup de mal à voir quoi que ce soit durant les affrontements tellement ceux-ci seront désespérément brouillons.

Et pourtant, malgré cette bouillie visuelle, je me suis prise au jeu. J’ai adoré balancé des tas d’attaques terrestres et aériennes sur la tronche des ennemis. C’était jouissif de les voir exploser dans tous les sens.

Une fois la victoire remportée, nous récoltons des points nous permettant d’améliorer nos sentinelles et débloquer ainsi de nouvelles fonctionnalités.

Deux modes : deux ambiances

Les graphismes dans le mode histoire sont vraiment de toute beauté et reste dans la même veine que les autres jeux du studio Vanillaware. Les décors en 2D sont sublimes et j’ai vraiment apprécié l’ambiance qui se dégageait du jeu. C’était aussi beau qu’hypnotisant. Le design des personnages n’était pas en reste non plus. Leurs personnalités sont également bien mises en valeur et on s’attache très vite à eux et à leurs histoires.

La bande sonore qui nous accompagne tout au long de cette aventure s’adaptait parfaitement à toutes les situations. Tour à tour, belles puis tragiques, on se laisse vraiment emporté par les différentes mélodies qui rythmeront cette aventure inoubliable.

Alors que j’ai été complètement séduite par la direction artistique du mode aventure, on ne peut pas dire que je l’ai été pour celle des combats. Autant le dire franchement, J’ai trouvé que les affrontements étaient très moches graphiquement. Tout a été réduit à son strict minimum. Et, même si j’ai pris beaucoup de plaisir à zigouiller les méchants ennemis du futur, force est de constater que la direction artistique lors de ces phases dynamiques était clairement à la ramasse.

Heureusement que les magnifiques graphismes du mode histoire étaient là pour rehausser le niveau.

Il faudra compter une trentaine d’heures pour finir le jeu, ce qui est vraiment plus que correct pour un  titre de cet acabit.

Conclusion

Comme je m’y attendais, 13 sentinels Aegis Rim est une pépite à tout point de vue. Le scénario est certes un peu compliqué sur les bords mais il mérite vraiment qu’on s’y attarde. Riche et rempli de rebondissements, il nous tiendra en haleine durant de longues heures.

Ne passez surtout pas à côté de cette merveille même si les combats pourraient paraître moches et brouillons au premier abord.

Merci beaucoup pour vos lectures !

Test réalisé à partir d’une version presse fournie par l’éditeur.  

Une réflexion sur “Test de 13 sentinels Aegis Rim (PS4) : Un chef d’œuvre complexe et terriblement addictif

  1. Pingback: [FIGURINE] NATSUNO MINAMI et BJ (13 Sentinels : Aegis Rim) – Chez Hyperion Seiken

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s