The Caligula Effect 2 (PS4 / Switch) : Bienvenue à Redo, le paradis dénué de regrets…

En juin 2016 sortait un JRPG au nom énigmatique de Caligula Effect. Je ne m’attendais à rien en me lançant dans cette aventure et, très vite, j’ai été conquise par l’histoire et les personnages.

Quelle ne fut pas ma joie lorsque j’ai appris qu’un 2 allait voir le jour dans nos contrées ! C’est donc avec un enthousiasme non dissimulé que je me suis jetée dans ce second opus qui me paraissait autant prometteur que son aîné.

Ce monde n’est pas réel

Alors que notre personnage coule des jours, somme toute assez banals, au sein de Redo, voilà que son univers se fissure et se brise le jour où il (ou elle) apprend que ce monde est fictif et digitalisé.

Tout ce qui l’entoure n’est que mensonges et illusions.

Accompagné(e) d’une mystérieuse poupée virtuelle, répondant au nom énigmatique de х, et de nombreux autres acolytes, notre personnage va faire tout son possible pour réintégrer le monde réel, celui qu’ils n’auraient jamais dû quitter…

Un jeu bien plus profond qu’il n’y parait

A première vue, on a affaire à un JRPG comme il en existe des tas d’autres. Après le choix de notre personnage, masculin ou féminin, nous voilà projetés très vite au cœur de l’action. On découvre Redo, cet univers numérique rempli de bugs et de créatures étranges.

Bien entendu, on va devoir se battre. Beaucoup. Afin d’acquérir le niveau nécessaire pour contrer les vilains Musicians qui ne comptent pas nous laisser détruire ce monde utopique.

Mais, avant d’enchainer les affrontements à gogo, il nous sera nécessaire de parcourir des tas de donjons. Parfois bien labyrinthiques. Heureusement qu’il nous est possible d’agrandir la mini carte sur le côté sinon bonjour les dégâts. De plus, on se retrouvera fréquemment face à une porte close ou un obstacle infranchissable.

Pas de panique.

Il suffira de rebrousser chemin et partir  la recherche de levier à actionner ou de clé à ramasser. Le jeu ne nous laissera jamais bloqué à un endroit bien longtemps et c’est tant mieux. De plus, il y aura pas mal de points de sauvegarde disséminés ici et là pour mon plus grand soulagement.

Bref, revenons à ce qui nous intéresse vraiment, à savoir les affrontements contre l’ennemi !

Les combats se feront au tour par tour comme le premier opus avec un aperçu de ce qui se passera si on déclenche telle ou telle attaque. Cette phase de « vision futuriste » s’adaptera également aux mouvements de nos adversaires, ce qui nous aidera grandement à anticiper leurs attaques. Je reconnais que c’est toujours aussi ingénieux et addictif que lors du premier volet.

On peut alors décider de garder l’attaque, ou plutôt opter pour la défense, voire l’utilisation d’un objet. A nous de voir si telle ou telle option nous conduira à une issue favorable ou pas. Il nous sera également possible de déclencher des attaques spéciales foudroyantes, très efficaces face à des boss récalcitrants et particulièrement coriaces.

Comme avec le premier opus, je me suis prise très vite au jeu, enchainant les combats sans m’en rendre compte. Certes, cela parait un peu brouillon, de prime abord, mais la magie opère bien. Je me suis amusée à tester toutes sortes de stratégie en changeant la formation de mon équipe, histoire de voir de quel bois se chauffent mes différents petits combattants. Et le résultat dépassait parfois toutes mes attentes, pour mon plus grand plaisir.

Outre ces combats dynamiques et fort jouissifs, il y a un autre aspect dont je vais vous parler. Comme je le disais au début du paragraphe, ce JRPG n’est pas aussi anodin qu’il pourrait sembler être, à première vue. Car, sous ses dehors de « revenons vite dans notre monde réel », il y a autre chose. Quelque chose de plus profond… et triste.

Car, chaque personnage a son histoire propre. Une histoire qui nous sera dévoilé petit à petit, au fur et à mesure qu’on discutera avec eux. Plus le lien se renforcera et plus on aura accès à leur cœur. Ensuite, quitte à nous de vouloir ou pas découvrir ce qui se cache vraiment dans le subconscient de nos acolytes. Qui sont-ils dans la vraie vie ? Je peux vous assurer que j’ai eu droit à de sacrés rebondissements à ce niveau.

Bien entendu, on a droit également à des quêtes annexes plus ou moins sympathiques pour peu qu’on décide de les faire. Je les ai trouvées très agréables et pas du tout ennuyeuses. Cela m’a permis de faire quelques pauses au niveau de l’intrigue principale.

Des graphismes pas folichons mais une bande sonore au top !

Dès les premiers instants de jeu, j’ai été surprise par les graphismes. Dans le mauvais sens du terme. En effet, j’avais l’impression de jouer à un jeu sur PS2. Certes, les Caligula Effect n’ont jamais brillé par leurs graphismes mais, franchement, je m’attendais à un peu mieux. Après des débuts un peu chaotiques à ce niveau, j’ai fini par m’y habituer.

Par contre, au niveau de la bande sonore, c’est un pur régal. Les mélodies sont entrainantes, dynamiques et particulièrement agréables à l’oreille. Elles accompagnent parfaitement notre périple au sein de Redo. J’en redemande.

Le seul hic… c’est que le jeu n’est pas traduit. Il va falloir maitriser un minimum la langue anglaise pour pouvoir en profiter pleinement.

Enfin, sachez que la durée de vie avoisinera la trentaine d’heures pour boucler l’histoire principale, ce qui est correct pour un jeu de cet acabit.

Conclusion

The Caligula Effect 2 est une suite plus que sympathique du premier opus sorti en 2016. On y retrouve tous les ingrédients qui ont fait son succès et surtout une nouvelle intrigue fort agréable à suivre… et remplie de rebondissements.

Si vous n’êtes pas allergique à l’anglais, alors je ne peux que vous conseiller fortement de vous jeter dans l’aventure en compagnie du « Go-Home Club ». Vous m’en direz des nouvelles !

Merci beaucoup pour vos lectures !

Test réalisé à partir d’une version PS4 fournie par l’éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s