Blue Reflection Second Light (PS4 / Switch) : La quête des souvenirs perdus sera-t-elle concluante ou pas ?

La licence de Blue Reflection m’avait toujours intriguée. J’ai le premier opus ici mais, malheureusement, par manque de temps, je n’avais pas encore eu l’occasion d’y jouer. Inutile de vous dire que j’ai été plus qu’enthousiaste lorsque Koch Media m’a permis de tester Second Light, une suite qui paraissait fort prometteuse.

Me voici donc prête à faire la connaissance de quatre jeune filles aussi sympathiques que mystérieuses.

Le jour où tout a basculé

Ao Hoshizaki est une jeune étudiante qui mène une vie paisible mais ennuyeuse. Elle aimerait pouvoir vivre quelque chose d’autre. Quelque chose de différent.

Et justement ce jour-là, quelque chose se produisit.

Tout commence par la chute de son smartphone. Puis sa perte de connaissance. En se réveillant, elle est surprise de se retrouver au sein d’une université déserte… avec pour seule compagnie, trois autres jeunes filles.

Qui sont-elles ?

Pourquoi sont-elles toutes amnésiques sauf elle… ?

Et surtout quel est donc cet endroit qui semble hors du temps et d’où on ne semble pas pouvoir en réchapper ?

Ao sait que si elle veut retourner chez elle, elle devra trouver les réponses à toutes ces questions.

Souviens-toi…

Avant toute chose, sachez que nous ne sommes pas obligés d’avoir joué au premier opus pour découvrir Second Light, ce qui est très appréciable.

A noter également que le jeu n’est malheureusement pas traduit en français mais possède des doublages japonais.

Revenons, à présent, à nos moutons.

Nous incarnons donc la jeune Ao et l’histoire qu’elle va vivre va être aussi mystérieuse que captivante. Nous entrons immédiatement dans le vif du sujet et j’ai été tout de suite frappée par l’ambiance, limite onirique, qui se dégage de Second Light. On se croirait dans un rêve éveillé. C’est d’ailleurs ce que pense, au début, la jeune fille. Qu’est-ce qui pourrait s’agir d’autre ?

Et puis elle va faire la connaissance de trois autres jeunes filles toutes autant paumées qu’elle. A un détail près. Contrairement à Ao, ces dernières ne se souviennent absolument de rien. Et c’est là que le mystère autour de cette histoire va s’épaissir.

Tout au long de cette aventure, on va donc les aider à retrouver leur mémoire. Et ces bribes de souvenirs vont apparaître petit à petit au fur et à mesure qu’on avancera dans le scénario. C’est donc bel et bien une quête très captivante qui nous attendra dans Second Light.

Une grande partie du jeu sera donc consacrée à cette quête des souvenirs perdus et aux différentes interactions qu’on aura avec les autres personnages. On verra petit à petit leurs relations évoluer au fil du temps. Ce qui contribuera grandement à lever le mystère sur toute cette étrange histoire.

L’autre partie sera dédié, bien entendu, aux nombreux combats que nos jeunes héroïnes vont devoir mener face à des ennemis plus ou moins belliqueux. Car, comme dans tout bon JRPG qui se respecte, on va se retrouver face à une multitude d’adversaires à occire.

Car, ces demoiselles ont une faculté : celle de matérialiser leurs émotions en les transformant en puissantes armes.

La prise en main lors de ces combats est immédiate et facile à comprendre. Trois personnages apparaissent à l’écran et une autre restera en arrière-plan, hors champs, en tant que soutien.

A l’instar d’un Atelier, les combats se font en semi temps réel et tour par tour. Une jauge d’action se recharge petit à petit et nous permet d’attaquer ou switcher entre deux personnages pour déclencher des combos foudroyants.

De plus, plus elles attaqueront et plus elles vont recharger une jauge spéciale qui, une fois remplie, leur permettront de se transformer en guerrières surpuissantes.

Mais attention à ne pas se reposer sur nos lauriers car certains boss ont plus d’un tour dans leur sac. En effet, ils peuvent nous infliger de sérieux dégâts avec leurs compétences spéciales. A nous d’esquiver ou contrer selon nos moyens. Mais nous ne sommes pas à l’abri d’un petit évanouissement général si jamais on baisse la garde.

Car, petite subtilité, ici, on ne meurt pas vraiment. Si jamais notre équipe devait malencontreusement perdre face à un adversaire un peu trop fort sur les bords, on se retrouve tout simplement… à l’infirmerie de l’étrange université. C’est chouette, n’est-ce pas ?

Rêve ou réalité ?

Les graphismes sont à l’image du jeu. Oniriques, voire irréelles à certains moments. Nous oscillons constamment dans une sorte d’ambiance étrange, comme figée dans le temps. Les jours passent lentement et de façon presque mystique avec ces étranges endroits à explorer et découvrir.

Personnellement j’ai vraiment apprécié me balader au milieu de ces contrées.

Mais, petit bémol, certains souvenirs retrouvés ne seront malheureusement pas mises en images. Je m’explique. Lors de ces phases, on aura juste droit à… un simple écran tout blanc et quelques phrases doublées par-dessus. Ce n’est pas folichon et démontre un manque de moyens flagrant.

Néanmoins, malgré ce léger défaut, la magie opère et je suis vraiment fan des graphismes dans l’ensemble. Ils dégagent quelque chose d’irréel qui sied à merveille au jeu.

Pour ce qui est de la bande sonore, elle sera agréable, douce et survoltée lors des phases de combat. En un mot, elle est parfaite sur toute la ligne et a fait vraiment du bien à mes oreilles.

Enfin, sachez qu’il vous faudra plus d’une quarantaine d’heures pour venir à bout de cette aventure pas comme les autres, ce qui est plus que correct pour un jeu de cet acabit.

Conclusion

Blue Reflection Second Light est une formidable suite qui nous transporte dès les premiers instants de jeu. Il n’est pas nécessaire d’avoir fait ce dernier pour jouer à celui-là et, si vous n’êtes pas réfractaire à l’anglais, je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans cette aventure qui ne vous laissera clairement pas de marbre.

Merci pour vos lectures !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s